Dave Turcotte dénonce la réorganisation du centre local d’emploi (CLE)

« Un autre saccage du gouvernement libéral ». C’est en ces termes que le député de Saint-Jean-sur-Richelieu à l’Assemblée nationaleet porte-parole de l’opposition officielle en matière d’emploi, d’économie sociale, de solidarité et de lutte contre la pauvreté et de solidarité, Dave Turcotte, a décrit les pertes d’emplois et de services au centre local d’emploi (CLE) de St-Jean causés par les réformes administratives du gouvernement libéral.

Concrètement, les agents d’aide sociale du bureau de St-Jean-sur-Richelieu seront réaffectés au centre de Châteauguay ou de Saint-Hyacinthe, alors que les enquêteursseront transférés à Longueuil ou dans un autre centre régionalisé non identifié pour l’instant. À terme, seulement les agents d’Emploi Québec demeureront dans les locaux de St-Jean. « Pour la population, il va être très difficile, voire impossible, d’avoir un accès direct avec un agent d’aide sociale. Désormais, les bénéficiaires devront appeler à une ligne centralisée, où le délai d’attente est déjà très long. Comment un enquêteur de St-Jean, qui travaillera désormais à Longueuil, va pouvoir se rendre à Venise-en-Québec sachant que les frais de déplacement ont été coupés par le même gouvernent libéral? Comment les enquêteurs pourront-ils enquêter s’ils doivent rester cacher dans leur bureau? En plus, comment s’organisera les remises de chèques de dépannages pour les Johannais par les agents d’aide sociale s’ils n’ont plus de bureaux à St-Jean? », demande le député.

Partenariat transpacifique : Dave Turcotte appuie les agriculteurs

Le député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale, Dave Turcotte, dénonce l’aplaventrisme du gouvernement de Philippe Couillard devant le gouvernement fédéral dans le dossier de la gestion de l’offre.« Les craintes de nos producteurs agricoles se sont matérialisées », souligne le député. Des importations supplémentaires ont été consenties dans nos secteurs sous gestion de l’offre, principalement les produits laitiers, mais aussi les œufs et la volaille. L’inquiétude est palpable du côté des producteurs touchés par ces changements».