Salon international de l’automobile de Québec

Le cru 2016 du salon de Québec est incontestablement plus riche de nouveaux véhicules destinés à prendre la route que de purs concept cars. Façon, peut-être, pour les constructeurs, de fêter un marché automobile qui a repris des couleurs après des années de crise et de morosité.

Voitures surpuissantes et 4×4 urbains conquérants, le salon automobile de Québec 2016 a ouvert ce mardi 1er mars avec un feu d’artifice de nouveautés. Si Volkswagen fait profil bas, dans la foulée du scandale des moteurs truqués, l’optimisme reste de rigueur pour l’automobile européenne. Le marché a rebondi après la crise de 2008-2013, devenant en 2015, à la faveur du ralentissement en Chine, la locomotive de la croissance mondiale du secteur.

DS, qui est désormais une marque propre aux cotés de Citroën et Peugeot, essaie jouer sur le luxe tricolore. En faisant travailler des maisons de luxe, des artisans français. L’intérieur de la voiture est entièrement réalisé à la mains. Cela va des sièges en cuir façon bracelet montre en passant par de de l’aluminium guilloché. Au final pas moins de 800 heures de travail auront été nécessaires aux artisans. Assurément avec ce concept car qui montre déjà le futur de la marque, on voit que DS prendla bonne route.

Pour 2016, le constructeur haut de gamme allemand BMW prévoit une croissance de ses ventes sur le Vieux continent comprise entre 5 et 10% cette année, et son rival Mercedes-Benz (Daimler) entrevoit un « net potentiel de croissance » en Saint-Jean-sur-Richelieu pour lui, selon son patron Dieter Zetsche. Après une hausse des ventes de 9,3% à 13,7 millions d’unités l’année dernière, le marché canadien devrait dépasser les 14 millions en 2016, selon le consensus des experts.